Les Kata dans le Bujutsu

L'entrainement dans les arts martiaux peut se faire de différentes manières. Une des méthodes les plus éprouvées au Japon est le kata 型. Les différents systèmes de Combat Japonais ont utilisé Le kata depuis le 13°Siècle environ comme moyen pour la préparations des soldats (Bushi) ou des Samouraïs au sein de leurs domaines et de camps d'entrainement. Le Kata a été développé pour l'entrainement aussi bien du corps que de l'esprit. Les Pratiques Psychosomatiques faisant partie intégrante du bujutsu. Le Kata est un ensemble chorégraphié de mouvements impliquant beaucoup de précision et de profondeur. Les Kata peuvent être réalisés en solo ou à deux.
De nombreuses écoles orientées vers le combat, datant de l'époque samourai, existent toujours aujourd'hui. On fait souvent référence à ces écoles sous le terme de Koryu 古流, Styles Anciens. Les Koryu reposent principalement sur les kata comme méthode d'entrainement.

Qu'est ce qu'un Koryu?

Il convient de définir ce que sont les Koryu. Ils sont différents, sous certains aspects, des arts martiaux japonais modernes. On peut tout d'abord les définir par leur age. Il est communément accepté que les styles inventé après 1868 tombent sous l'appellation de budo moderne (Gendai 現代). Tout ce qui date d'avant 1868 est Koryu.
C'est une définition un peu vague qui présente quelques problèmes d'identification parce que certains arts datant d'avant ou après cette date ne tombent pas tout à fait dans la catégorie des arts ayant été conçus pour le combat (Bugei 武芸).

Un autre moyen de les catégoriser est de considérer que le budo moderne place une importance toute particulière dans l'esthetique, la discipline mental, et une certaine moralité. Cette dernière étant un aspect important. Le Bujutsu, d'un autre côté, place l'efficacité martial comme ambition première et les aspects de discipline et de moralité passent en arrière plan, voire peuvent même être complètement absents.
Le problème est que certaines écoles fondées après 1868 peuvent tout à fait avoir ce même mode de fonctionnement.

Qu'est ce qui rend les Koryu differents des arts modernes Japonais?

Ce que la plupart des écoles traditionnelles ont en commun, c'est l'utilisation des Kata comme méthode d'enseignement. Et c'est le recours au kata comme méthode d'entrainement qui aide à distinguer les arts martiaux traditionnels japonais des formes de Budo auxquelles ils ont donné naissance. Dans la plupart des Budo modernes le Kata est vu, un petit peu, comme une pièce de musée. Quelque chose de peu dynamique et de peu utile pour l'entraînement martial.
Cependant, pour les guerrier du japon medieval, et le praticien de Koryu moderne, le Kata était, et est toujours, un outil très efficace et d'une grande valeur dans l'enseignement des techniques d'un style particulier, et dans la préparation de l'esprit de la personne pour la bataille ou le duel.

L'enseignement des Kata permet aux étudiants d'apprendre et de comprendre ce qui est le plus efficace pour le combat. Bien que certains ne le pensent pas. Nous devons considérer que les mouvements en eux même ne sont pas toujours l'objectif principal. Quand nous regardons la réalisation d'un kata, on a souvent tendance à se focaliser sur l'aspect général des mouvements et des formes. Mais ce qui se trouve à l'intérieur de cet espace, c'est la façon d'être et d'agir qui constitue le véritable style. Ce comportement c'est ce que l'on apprend par l'étude et la réalisation des kata. C'est "L'idéal" que nous cherchons à comprendre. Apprendre un kata est un engagement psychosomatique. L'esprit, le souffle et le corps doivent être cultivés et développés.

Les Bushi étaient formés pour faire face aux batailles et au mode de vie du guerrier.

Nous ne devons pas séparer le guerrier de la bataille. Même en dehors des zones de guerre il y avait de nombreux dangers pour les Bushi, par conséquent ils portaient une attention toute particulière sur l'entrainement mental, physique et spirituel.
La mort est la voie du Samouraï, non seulement dans le fait de risquer d'être tué, mais aussi dans celui de tuer l'autre. La mort représente l'impermanence, ce qui est la principale source de questionnement et de reflexion pour le guerrier. Le fait que rien ne reste jamais le même, est une idée cruciale au cours d'une grande bataille ou même lors d'un duel. C'est un aspect très important qui concerne la formation spirituelle du bushi. Avoir ce pouvoir ou cette capacité à tuer et savoir quand l'utiliser permet au guerrier de montrer de la compassion ou de la pitié.
Ces aspects moraux sont affinés par l'interaction avec les autres lors de l'entrainement. S'entrainer avec les autres est absolument la seule manière effective de développer ses compétences à faire face aux attaques.

Maai Combative Spacing and timing.

L'entrainement au Iaido moderne, bien que très intéressant et profond, n'implique pas toujours certaines facettes importantes du combat au sabre.
Conscience, temps, et distance font partie intégrante du combat aux armes. On ne trouve pas cela dans les pratiques en solo dont sont composées la plupart des écoles modernes. Le kata, bien sûr, représente un entrainement pour ces trois aspects. L'opposant avec une intention sérieuse représente un réel danger. Se sentir en sécurité ne prépare pas le pratiquant au stress mental qui va naitre du danger rencontré lors du combat.

Pendant ma formation au Kendo, au début, mes camarades de dojo trouvaient que la pratique libre était la plus intéressante et effective des techniques d'apprentissage. Je la trouvais surtout intéressante parce que ces échanges libres m'apportaient l'opportunité d'augmenter mes compétences dans la comprehension de maai 間合い et du temps (distances et intervalles de combat). Mon idée était que cela représente une excellente voie pour développer de meilleures aptitudes de combat. Je pensais également que la pratique des basiques, dans lesquels votre partenaire réalise une frappe déterminée que vous devez contrer d'une certaine manière, de manière similaire à une forme de Kata, était une voie d'apprentissage très efficace. Après avoir étudié le koryū kenjutsu j'ai réalisé que les kata standards étaient en fait plus efficaces pour l'apprentissages des styles de combat effectifs. Le sabre frappait beaucoup plus vite et avec plus de puissance, et je ne portais pas d'équipements de protection. L'idée que j'allais être frappé sans vraiment de conséquences, n'était plus du tout là. Plus fausse sécurité ! A partir de maintenant chaque erreur risquait de résulter en une blessure plus ou moins sérieuse. Ce qui pourrait même représenter un risque vital. Je crois que l'état d'esprit combatif est beaucoup plus fort dans les kata que dans la pratique libre. Au sein du kata, il y a une multitude de chances d'augmenter le danger et le stress. Et la nature chorégraphiée du kata autorise un espace de respiration ou le pratiquant peut contempler plus profondément tous les aspects de la technique.
Les Kata sont peut-être pré-arrangés mais ils ne sont pas toujours prédictibles.

Aggressive tsuki, thrust, to the opponent from jodan in Japanese Kenutsu kata.

Avancées Technologiques

L'utilisations des équipements de protection ne s'est généralisée que très tardivement dans l'histoire du bujutsu. Des armes comme le fukuro shinai étaient utilisée autour du 16° siècle. Et l'école Maniwa Nen-ryū utilisait déjà des protections de tête autour du 17° Siecle. L'utilisation d'armures d'entrainement s'est répandue et est devenue plus populaire lorsque la classe combattante n'était plus confrontée aux guerres, cela représentait donc un moyen de s'affronter sans risque de mort ou de blessures sérieuses. C'est la naissance du sport martial que nous connaissons maintenant sous le nom de Kendo. Vers la fin du 18° Siècle, beaucoup d'écoles incorporèrent le combat avec équipements de protection dans leurs programmes d'étude. Ces écoles avaient un recrutement beaucoup plus important que les écoles centrées sur l'enseignement de l'ancienne tradition des Kata.

Le frisson du combat est quelque chose qui imprègne le monde des arts martiaux encore aujourd'hui. Le Kendo, et le Judo sont beaucoup plus populaires et répandus que les arts classiques du Kenjutsu et du Jujutsu. Ce n'est bien sûr pas la seule raison. Mais c'est assez important pour le souligner.

Le Kata est souvent considéré comme statique et "impotent", pourtant, si l'on s'entraîne avec quelqu'un de compétant, la pratique du kata est extrêmement intense et pragmatique et représente la base d'une formation efficace aux arts de la guerre japonais classique. Cette pratique n'est pas seulement liée à l'age des Samouraïs. Les militaires modernes utilisent aussi des Kata dans leur classes de combat. On peut considérer les Kata avec dédain, mais comme la plupart des choses anciennes, nous devons les examiner attentivement et les comprendre en profondeur avant de les rejeter comme un artefact inutile du passé.